Master en droit

Nicolas Brémand-thèse-

Un master de droit met à disposition des étudiants un diplôme de deuxième cycle de niveau I, soit un bac+5. Il confère également 300 crédits ECTS. Il s’agit d’une formation de deux ans, menant aux métiers du secteur juridique.

Le master, aussi appelé maîtrise, est accessible après une formation juridique de niveau bac+3 : un bachelor, une licence ou une licence professionnelle.

Vous voulez devenir avocat, juge ou magistrat ? Pour accéder à de tels métiers, il est souvent requis de suivre des études jusqu’en bac+5. Le cursus le plus connu à ce niveau d’études est bien sûr le master de droit.

Master en droit : école ou université ?

Si vous optez pour l’université, vous allez préparer un Master universitaire, reconnu par l’Etat, qui valide 5 années d’études après le bac. L’intitulé exact est Diplôme National de Master (DNM). Seules les universités sont autorisées à le délivrer. Un Master est composé de 2 années : M1 + M2.
Il existe deux types de Masters : le Master recherche menant vers le Doctorat (bac+8) et le Master professionnel qui, comme son nom l’indique est axé sur le monde de l’entreprise. Les Masters universitaires sont enregistrés de droit au Registre National de la Certification Professionnelle (RNCP).

Si vous optez pour une école (commerce, ingénieurs, architectures, communication…) vous pourrez y préparer soit :
- une formation ayant le grade Master. À la différence du Diplôme National de Master, le grade Master est un titre conféré par l’État à une formation diplômante de niveau Bac+5 et l’enregistrement au RNCP n’est pas automatique ;
- un master ou un master spécialisé. Il s’agira d’un label de l’école en question, reconnu seulement par l’établissement ;
- un mastère. Là aussi c’est un label « maison » délivré par des école. Il ne fait donc l’objet d’aucune accréditation par l’Etat.

Nicolas Brémand

Droit : des formations pour répondre à toutes les envies

Le Master en droit se prépare en 2 ans, dans une université. A la différence de quasiment tous les autres Masters, la 1re année généraliste permettant d’acquérir les bases n’est pas systématique. Certains masters proposent une spécialisation organisée sur 2 ans. Dans ce cas, la réflexion sur le projet professionnel doit être amorcée en dernière année de licence. Si celui-ci n’est pas encore totalement défini, mieux vaut ne pas se spécialiser trop tôt. Il n’y a pas de règle. L’objectif étant de construire un projet d’études cohérent.

Certains Masters en droit dont des cursus-vedettes

Certains sont si réputés que leur nom de code constitue un sésame pour les recruteurs, comme le master 214 en droit des affaires de Paris 9-Dauphine, ou bien celui en droit fiscal de Paris 1. Leurs diplômés décrochent des salaires à faire pâlir d’envie le gratin des écoles. Ces happy few deviennent juristes de banque d’affaires, d’assureurs, conseils en fusions-acquisitions…

Et Paris n’a pas le monopole de ces cursus-vedettes. En région aussi, les bonnes formations fourmillent. « Pour intégrer les directions juridiques des entreprises, les onze DJCE (diplômes de juriste conseil d’entreprise, niveau bac+ 5) sont excellents : Montpellier en droit économique ou Bordeaux en droit fiscal, par exemple », indique ainsi Lydie Sennorat, responsable des profils juridiques juniors chez Hays.

Certaines spécialités, calées sur les besoins émergents des entreprises, sont particulièrement porteuses, comme le droit commercial (le profil le plus recruté en 2015, selon une étude du cabinet Hays), le droit de la concurrence et des contrats, ou encore celui des assurances. Autre domaine en forme, le droit du travail, où les évolutions incessantes de la législation créent des besoins au sein des DRH. Sur ce créneau, Lydie Sennorat cite notamment « Assas et Sceaux ».

Nicolas Brémand spécialiste droit de l'Union européenne et du numérique

L’alternance, un must parmi les Masters en droit

Au-delà des contenus, il faut le savoir, le choix des stages modifie la valeur d’un master. Il permet de construire son réseau et la cohérence de son parcours dès la licence. C’est pourquoi Anne-Laure Paulet, secrétaire générale de l’Association française des juristes d’entreprise (AFJE), conseille de « regarder où ont été embauchés les diplômés des promotions précédentes », en plus de la réputation et du dynamisme des professeurs en charge (publication, missions diverses…). L’existence d’une association des anciens, voire d’un parrainage, comme l’organise le master droit et pratique des relations dans le travail de Montpellier 1, sont des aides précieuses au moment de contacter un cabinet d’avocats ou un grand groupe.

Cependant, le must pour les recruteurs, ce sont les formations en alternance. « C’est l’assurance que le diplômé a reçu une formation pratique, qu’il sera réactif et capable de proposer des solutions », confirme Lydie Sennorat. L’une des références dans ce domaine est le master/ MBA droit des affaires et management de Paris 2. Au job dating de juillet dernier, 60 entreprises se sont pressées pour offrir des places en apprentissage aux 35 étudiants sélectionnés. L’Oréal, Total, Saint-Gobain, LVMH et Bosch ont, par exemple, mis la patte au contenu des enseignements. D’où leur certitude de trouver des profils aux petits oignons, même s’ils ne sont pas toujours sûrs de pouvoir les garder après leur diplôme. Car bien des étudiants filent à l’étranger, où la mention MBA fait tilt, ou bien passent le concours d’avocat. Le premier major de promotion a ainsi travaillé comme chef de projet à Engie avant d’intégrer le cabinet d’avocats UGGC en Inde. Pas mal pour quelqu’un qui n’avait pas encore 30 ans.

Objectifs du Master en droit

En master droit, vous serez capable de : 

  • gérer des contentieux de droit
  • rédiger des actes si vous vous orientez vers le notariat
  • gérer des procédures collectives [licenciement par exemple]
  • connaître des documents comme le code civil, le code du commerce, etc.
  • gérer les questions de droit liées à la propriété industrielle et intellectuelle
  • épauler des employés ou des entreprises en difficulté
  • conseiller les personnes sur leurs droits et les procédures
  • plaider et défendre lors d’un procès
  • lancer une procédure contre une entreprise, une organisation administrative, etc.

Que faire après un Master en droit ?

Après un Master en droit, il est possible d’envisager une carrière d’enseignant-chercheur en poursuivant vers un doctorat, donc en 3 ans d’études supplémentaires.
Autre choix, entrer dans une école professionnelle dédiée, préparant à des métiers juridiques (avocat, huissier de justice, magistrat, clerc expert, notaire…). Si les concours sont accessibles après un Master 1 en droit, il s’avère qu’un master 2 est vivement recommandé.